Paris S'éveille
DALILA HAMIDI-MAHƒ  

Dix raisons de vouloir une liste indépendante

pour la droite locale dans le 7ème arrondissement

1) Parce qu'un bon maire, c’est important tous les jours. Aujourd’hui, Paris s’endette, Paris se criminalise, Paris étouffe dans le casse-tête des embouteillages et du stationnement. Paris est devenu fou. Les étrangers de passage nous décernent la palme de la mauvaise humeur et de l’agressivité. Comment s’en étonner ? Sale, frappé de plein fouet par la crise du logement, accablé d’impôts et d’incivilités, Paris est au quotidien la capitale de toutes les frustrations. Comme tous les Parisiens, nous voulons une ville paisible, nous voulons pouvoir y travailler et y développer notre activité, nous voulons que nos enfants s’y épanouissent et puissent s’y loger et nous voulons bien sûr y profiter calmement de notre temps libre.


2) Parce qu'il nous faut des élus de proximité, pas des élus d’appareil. Nous ne sommes plus au Second Empire! Pourtant, les Parisiens sont toujours sous tutelle. Le plan de circulation, invivable, résulte de l’alliance politique entre socialistes et écologistes : rien à voir avec Paris, rien à voir avec les Parisiens. Avec ses 51 000 fonctionnaires (plus que l’Union européenne !), la mairie est mal gérée parce qu’elle est devenue une énorme bureaucratie. Les conseils de quartier comptent pour du beurre : la démocratie locale est une façade quand ce sont les appareils nationaux qui désignent les candidats, quand le résultat des consultations est écrit d’avance, quand l’opposition est représentée par des gens occupés à d’autres mandats qui ne se réveillent qu’une fois tous les six ans, à l’heure de la campagne. Comme tous les Parisiens, nous voulons des élus qui suivent leurs dossiers, qui connaissent le quartier comme leur poche et savent exactement de quoi les habitants ont besoin.


3) Parce que la tranquillité se conquiert sur le terrain. Le 7ème était un refuge, il est devenu une cible. Des campements nocturnes prennent possession du Champ de Mars. Dans certaines rues, tous les immeubles ont été cambriolés, à tous les étages ! Les vols à l’arrachée se déroulent sous les yeux des policiers, plus nombreux que partout ailleurs, mais affectés à la sécurité des bâtiments publics, ou trop occupés à verbaliser les voitures à l’arrêt. A quand un maire qui ne se défausse pas sur le préfet de police ? A quand une vraie politique de sécurité ? A quand davantage de caméras de vidéo-surveillance et l’exploitation systématique des images utiles ? Avec un numéro d’appel pour prévenir et signaler incivilités et actes de délinquance. Avec une mobilisation sur le modèle de «Voisins vigilants », qui a fait ses preuves en zone de gendarmerie. Avec la possibilité pour la Ville de se porter partie civile devant la justice. Avec une police municipale, en renfort de la police nationale qui ne peut pas tout faire.


4) Parce que les comptes de Paris doivent être transparents. Paris dépense pour son fonctionnement trois fois plus que la moyenne des communes françaises. Son endettement été multiplié par quatre depuis 2001. Trente-six adjoints au maire, un « bureau des temps » soit-disant en charge de « piloter des diagnostics », une débauche de frais de communications : le gaspillage est partout ! Et le maire continue à prétendre que Paris est bien géré ! et les journalistes applaudissent ! et l’opposition municipale se tait ! Et les impôts continuent à grimper : 57% d’augmentation pour les impôts directs par habitant depuis 2007 – record national pour les villes de plus de 50 000 habitants. Comme tous les Parisiens, nous voulons savoir où va notre argent. Nous voulons une ville aux dépenses maîtrisées, aux comptes accessibles à tous sur Internet, une ville bien tenue car vraiment partagée.


5) Parce qu'il est temps que Paris s’éveille ! La capitale des entrepreneurs n’est plus Paris, c’est Londres. La capitale de la fête n’est plus Paris, c’est Berlin. La capitale de l’innovation n’est plus Paris, c’est Barcelone. Avec de moins en moins d’entreprises et de moins en moins de familles, Paris s’assombrit, et ce n’est pas une Nuit Blanche par-ci,  une kermesse  par là qui vont cacher la tristesse d’une ville que la vraie vie déserte. Comme tous les Parisiens, nous voulons rendre notre ville aux classes moyennes, nous voulons une capitale vibrante de l’énergie des générations, qui aime les enfants et les aînés, qui soutient les jeunes parents, qui respire la joie de vivre et l’envie d’agir.


6) Parce qu' il faut au 7ème arrondissement un maire engagé et crédible. Mme Dati est très présente dans les médias, dans n’importe quelle émission, dans n’importe quel contexte. Mais parmi tous les combats publics et privés qu’elle y a menés, pas un seul n’a concerné le 7ème. Quand le 16 décembre 2008, du jour au lendemain, M. Delanoë a fait voter une augmentation de 50 % des impôts locaux, quelle fut la réaction de Madame Dati? Aucune. Elle ne s’en est même pas aperçue – il faudrait pour cela qu’elle fût attentive aux séances du Conseil de Paris. Qu’a-t-elle fait pour le 7ème ? Le cheval de Caligula nommé consul n’afficherait pas un bilan aussi maigre ! On ne peut pas faire preuve de plus d’incompétence, ni traiter ses électeurs avec davantage de mépris. Comme tous les Parisiens, nous voulons pour le 7ème un maire compétent, fier et heureux de remplir son mandat, mobilisé pour la propreté des rues, pour les écoles, pour un urbanisme cohérent.


7) Parce que les anciens colistiers de Mme Dati  se mobilisent aujourd’hui contre elle, mais qui dit qu’ils ne commettront pas les mêmes erreurs ? Ils ont donné la clé du 7ème à Mme Dati, peuvent-ils vraiment se plaindre aujourd’hui d’être laissés sur le paillasson ? peuvent-ils sérieusement critiquer le résultat ? Et surtout, puisque seul compte l’avenir, peuvent-ils faire autre chose que ce qu’ils ont déjà fait comme conseillers de Paris ?


8) Parce que le 7ème mérite un vrai conseil d’arrondissement.  Finissons-en avec les élus amorphes et les querelles de chapelle. Assez de la vie quotidienne qui se dégrade, assez de l’indifférence, assez des «à quoi bon » ! Comme tous les Parisiens, nous voulons des représentants de confiance. Notre quartier regorge de talents. Ils sont employés, commerçants, artisans, étudiants, universitaires, juristes, entrepreneurs, mères au foyer, retraités, ils ont fait leurs preuves et brûlent d’agir! Ils se reconnaissent dans les valeurs de travail et de mérite. Ils n’ont pas besoin qu’on leur dise ce qu’ils doivent faire. Ils savent gérer les affaires avec professionnalisme, ils savent se fixer des objectifs contrôlables et rendre compte de leur réalisation.


9) Parce que c’est comme cela que la droite retrouvera ses couleurs à Paris. Les électeurs de Neuilly ont fait en 2008 le choix d’une liste indépendante, ils s’en portent très bien. Comme tous les Parisiens de droite, nous voulons une droite vitaminée, vivifiante ! Alors oui, la plupart de nous votons à droite et au centre. Oui, nous nous reconnaissons dans l’UMP et l’UDI. Mais parce que nous sommes gaullistes, nous savons qu’il faut sans cesse bousculer les appareils, sans cesse les rappeler à leur devoir. C’est une dissidence ? Non, c’est une pérestroïka. C’est un obstacle? Non, c’est un élan. C’est une révolte ? Non, c’est une révolution tranquille.


10) Parce que... les petites rues pavées, les marchés, les échoppes... Notre quartier, ce n’est pas que de la gestion. Notre quartier, c’est l’histoire grandiose qu’incarnent les Invalides et l’Ecole militaire, c’est aussi des marchés en plein air, des vide-greniers et des rues commerçantes. Ce sont les ministères, les avenues, les bords de Seine, mais aussi de modestes immeubles où grandissent des familles depuis trois siècles, les petites rues et les impasses tranquilles, les religieux qui prient et qui accueillent, les squares, les manèges, les fontaines. Notre quartier, c’est l’ingénierie de la Tour Eiffel et l’ingéniosité de l’artisan d’à côté.  Notre quartier, du plus petit au plus grand, c’est le génie de la France. Voilà pourquoi nous nous présentons. Voilà pourquoi, dans votre quartier, vous aurez le choix de voter pour une liste indépendante aux élections municipales du 23 et 30 mars prochains.


Au sein du conseil de Paris, nous soutenons Nathalie Kosciusko-Morizet dans sa candidature aux fonctions de maire de Paris